www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du CHER

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Votre courrier / L’équipe du SNUipp18 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 décembre 2009

TOUR des ECOLES du SNUipp 18 : le moral dans les chaussettes !

Les bilans de secteur ce nos conseillers syndicaux ici, après la visite de plus de 170 écoles du Cher en novembre-décembre. Ces bilans montrent un moral en berne des profs. En dehors des conséquences de la politique nationale, les aides personnalisées et les animations pédagogiques au centre de vos interrogations.

Nous n’avons pas attendu ce tour des écoles pour percevoir le malaise ambiant mais la visite de plus de 170 écoles du Cher, en novembre et décembre de cette année, a montré un malaise très profond.

Ci-dessous, vos remarques ou vos questions. Nous avons apporté les réponses lors de nos visites ou dans nos journaux. Si vous vous posez les mêmes questions, contactez-nous au 02 48 70 80 72.

1. les non remplacements :

Encore très nombreux cette année, plus que ce que reconnaît officiellement l’IA (voir notre journal du 3/12/09). L’IA est-elle de mauvaise foi ou n’est-elle pas informée ?

2. La hausse des effectifs par classe :

Ce tour des écoles a permis de faire le point : les écoles à plus de 25 élèves par classe sont de plus en plus nombreuses dans le Cher. Les résultats dans notre journal de début janvier. Déjà, en 1958 ( ! ! !), Célestin Freinet a mené une campagne « Pas plus de 25 élèves par classe ! ». Le ministère a bien voulu se servir de sa pédagogie mais pour la mettre en place il ne faut pas des classes surchargées. A l’assemblée nationale, le ministre de l’EN a quand même dit « Enseigner à 25 ou 30 élèves, c’est pareil ! » (vidéo sur notre site). Et bien NON CE N’EST PAS VRAI et on vous demandera de relayer notre campagne de défense de l’ Ecole en direction des parents pour que ces contre-vérités ne s’établissent pas comme des vérités.

3. les aides personnalisées :

Tous les collègues nous ont dit à peu près la même chose : les journées sont très lourdes, "on court tout le temps" (que ce soit le matin, le midi ou le soir ; peu aimeraient le faire le mercredi matin car ceux qu’on a vus ont l’habitude de travailler sur 4 jours, même s’ils reconnaissent que le rythme pour l’enfant n’est pas terrible, surtout en primaire). Beaucoup de préparation. Beaucoup de "papiers" à remplir si on fait comme le veut l’inspection (devoir indiquer ce qu’on travaille pour chaque élève pour chaque période, avec objectifs, actions, bilans, etc est lourd à faire et ne sert pas directement aux enfants).

Question qui revient souvent : doit-on faire 50h+10h comme le veut l’IA ou si le conseil d’école le décide peut-on rester à 40h+20h ? Autre question : doit-on renvoyer le tableau des 108h ? si oui quand ? (toutes les périodes ?) La loi n’impose pas le 50/10, c’est le conseil des maîtres qui décide. Les circulaires n’ont pas valeur de loi : garder l’esprit critique et ne pas hésiter à se renseigner sur ce que dit vraiment la loi, c’est elle qui prévaut.

Rappel de la consigne unitaire SNUipp – SE :

le conseil des maîtres est souverain. Ne rien rendre qui ne montre pas la totalité de nos heures.

Bilan mitigé : pas efficace pour les élèves en grande difficulté, pas mal pour donner un coup de pouce ponctuel à ceux qui sont limites, très bien pour les CP (lecture) ; même si parfois cela fonctionne sur le coup en petit groupe en aide perso peu de réinvestissement en classe Cela ne remplace pas les 3 heures perdues par semaine (programmes impossibles à respecter dans le temps imparti). Pour les cas les plus difficiles, ces heures sont peu efficaces et ne sauraient remplacer les RASED (lesquels font du bon boulot dans toutes les écoles où nous sommes passés, mais maintenant ils sont incomplets).

Les animations pédagogiques proposées sur ce thème n’ont pas donné d’informations assez claires, par exemple au niveau des PPRE (amalgame entre PPRE et aide persos ; certains IEN demandent des PPRE alors que l’aide perso n’était pas uniquement destinée à ces élèves en grande difficulté, certains collègues préfèrent prendre ceux qui sont moyens plutôt que ceux qui sont très faibles (efficacité plus grande) mais l’IEN leur demande de prendre ceux qui font l’objet d’un PPRE.

4. les questions et remarques des collègues :

Nous avons répondu aux questions lors de nos visites ou alors on a rappelé les écoles si nos élus n’avaient pas la réponse. Nous avons abordé tous ces sujets sur notre site ou notre journal. Si vous aussi, vous vous posez ces questions, appelez vos élus et nos permanents au 02 48 70 80 72.

RASED : c’est d’eux dont nous avons besoin, sur place, en croisant le psy scolaire, les maître G ou E, on discute d’un élève et on va vers une proposition de solution… Exemple sur le secteur NORD : « il aurait fallu deux réseaux sur le secteur et au lieu de ça on nous groupe avec Mehun … La psychologue scolaire, seule sur le secteur, n’est plus là qu’à peine trois jours, au lieu de quatre ». Les bilans d’orientation sont obligatoires donc la psychologue devra aller sur le terrain obligatoirement, il y aura des ordres de mission mais pas pour les autres enseignants spécialisés. Il est donc important que les collègues du secteur fassent des demandes pour montrer les besoins et l’insuffisance de cet « arrangement ».

EPEP : où en est-on ? (cette question est revenue souvent, ce qui montre une inquiétude)

Animations pédagogiques cette année : compliqué pour réussir à s’inscrire. Demande de formation en orthophonie (et autre) à la place des "animations pédagogiques qui ne servent à rien". Pour les animations pédagogiques, on a le droit de refuser de se déplacer puisque pas d’ordre de mission, pas de défraiement, il suffit d’en informer l’IEN, d’être dans son école pendant ce temps, aucun compte-rendu n’est exigible.

Indemnités des brigades sur postes fractionnés qui ont été supprimées après le mouvement de l’an dernier : un recours est-il possible ? essayer de se regrouper au lieu de râler seul(e) dans son coin

Mouvement : où en est-on pour cette année ? même galère que l’an dernier ?

Les nouveaux programmes "ont foutu en l’air" ceux de 2002 qui commençaient à être bien mis en place.

Inspections : l’imprimé de pré-inspection a été complété dans la circonscription de Vierzon, à la rentrée, par une grille d’autoévaluation… infantilisante, humiliante, … elle ressemble aux grilles que nos parents d’élèves subissent dans leur lieu de travail pour pouvoir toucher des primes, nous demandons que les syndicats donnent la consigne de ne pas la remplir. « Sur le site de l’inspection de Vierzon il y a une page sur les compétences de l’enseignant … à aller voir ! » En fait, il s’agit des compétences mises en place à l’IUFM l’an dernier, la compétence 1 vaut le détour. Là encore, cette grille ne vaut que pour les collègues qui veulent bien se mettre la pression car un inspecteur n’a pas les moyens de mettre en place cette pression (chaque IEN a en charge une soixantaine d’écoles dans le Cher, sauf la circonscription de Bourges Gibjoncs qui sera redécoupée à la rentrée).

Stages de formation continue : impression d’y aller pour faire des fiches, donner de la matière aux conseillers pédas, mais on n’y apprend rien, pas de retour réel Non remboursement des déplacements (animations pédagogiques) mais pressions de l’IEN de Vierzon et St Amand (zélés les petits nouveaux !) si on n’y va pas ("dissertation" à faire). Important en effet de savoir ce qui se passe ailleurs : sujet abordé lors de la CAPD du 7/12 : NON, aucune obligation de faire un rapport sur le sujet de l’animation pédagogique à laquelle on ne se rend pas.

La loi sur les retraites de 2010 ? Sera-t-elle appliquée dès le 1er janvier 2011 ?

Direction : de plus en plue de travail, des pressions de l’Inspection et des mairies. Avec la disparition des PE2, que vont devenir les décharges de direction 4 classes ? Demande d’infos sur la nouvelle mouture du projet d’école. Lors de la réunion unitaire à Argent, la directrice d’Aubigny (dirigeante Snuipp) et celle d’Argent (dirigeante SE) ont montré les dangers de demander un statut à part pour les directeurs et demandent des décharges plus importantes et une reconnaissance de leur temps de travail. Elles souhaitent aussi que leur travail soit moins occupé par la paprasserie dont l’utilité est douteuse. L’ordinateur aurait dû simplifier le travail administratif, au lieu de ça, on en a profité pour nous demander des tas de documents, nos élèves en profitent-ils ?

Carte scolaire : quand peut-on savoir si un poste est menacé dans notre école ?

Syndicalisation : prix des cotisations trop élevé pour des collègues d’Argent, à qui on a montré qu’il y a beaucoup de frais (papier, frais postaux,…) et que 66% de la cotisation est déductible de nos impôts. Demande d’unité autour de nos points communs. Ce sera fait prochainement dans le Cher autour des pressions exercées par l’administration et une consigne commune sur les 108 heures. Comment ressouder les enseignants ? Problème d’information à l’IUFM où on n’accueille plus les étudiants comme des collègues mais comme des bêtes à concours que l’on stresse et à qui on ne donne pas l’esprit d’équipe. Les jeunes collègues se sentent mal préparés à être des acteurs efficaces.

Les lettres par mail sont très lues et permettent d’ avoir un autre point de vue que celui de l’administration.

Lutter contre les mesures catégorielles (indemnités CE1 et CM2, … PE ancienne formule et PE mastérisés…).

Qu’on entende plus les syndicats : par exemple sur la mastérisation … sur les évaluations … sur les réseaux d’aide (surtout que les collègues fassent les demandes d’aide pour qu’on puisse faire apparaître les besoins et les demandes auxquelles il n’a pas été répondu)… les maternelles (la meilleure du monde vue de l’étranger, en danger en France !!!) .

Il existe une pétition commune Se-SNUipp-CFDT sur la formation (à voir sur les sites syndicaux), journée unitaire nationale de défense des IUFM le lundi 7 décembre à l’IUFM de Bourges.

Grève unitaire demandée par les collègues : depuis le début de l’année, on entend tout le monde se plaindre : les postes supprimés, les postes qui vont être supprimés, l’absence de réseau, la mastérisation des PE, les remplacements qui posent problème, les courriers multiples et variés qui tombent, les évaluations, les tableaux à remplir…donc on attend une mobilisation. Demande d’autres types d’action, là aussi vous avez été entendu et le SNUipp a lancé une grande campagne pour la défense de l ‘ Ecole que nous vous demanderons de relayer auprès des parents.

Loi handicap : une école a 2 enfants en grande difficulté psychologique, mais malgré des demandes (équipes éducatives) on leur refuse une prise en charge à la maison du handicap (car pas autistes) et on leur refuse aussi une AVS

Temps partiel : Quid des 80%. Est-ce qu’un 75% (jusqu’au 3 ans de l’enfant) doit être renouvelé tous les 6 mois ou tous les ans ?

Remarque récurrente : "on a de plus en plus de choses à faire à l’école". Tout le monde en a assez et on sent une saturation chez les enseignants… Il est temps de faire quelque chose au lieu de rester anesthésié. On ne peut pas regarder le démantèlement de l’école publique sans réagir…

 

5 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp18 Maison des syndicats - 5 bd Clemenceau - 18000 Bourges

POUR NOUS CONTACTER : 02 48 70 80 72 - e-mail : snu18@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du CHER, tous droits réservés.